CRAMANT, le 10 mars 2017

Photo descriptif de l'article de blog 47
2016, un millésime qui nous laissera des souvenirs…

Durant toute l’année viticole champenoise, de mauvais épisodes climatiques se sont succédé : des gelées printanières dès le réveil de la végétation, de la grêle, des pluies interminables, favorables au développement de maladies cryptogamiques, quelques jours de canicule, en fin de saison qui ont échaudé les grains face au soleil…
Cette année, nous nous devions d’être attentifs et vigilants quant à l’état de santé de nos vignes… bref, un vrai boulot de vigneron !
Suite à ces aléas climatiques, le soleil a décidé de poser ses valises fin août, début septembre. Nous avons pu profiter de conditions estivales optimales pour une saine maturation pendant une longue période. Nous avons apprécié une cinétique dynamique de maturation favorable à la qualité des raisins et offrant l’opportunité de récolter nos raisins avec une bonne impression et une belle matière à vinifier.
Nous avons constaté une disparité de croissance entre les cépages, les régions viticoles et l’exposition différente sur un même terroir. Ces différences se sont confirmées à la vendange, nous avons dû stopper 4 jours la récolte pour que certains chardonnays puissent profiter au maximum du soleil et continuer à mûrir..

La dégustation des vins clairs de l’année 2016, effectuée en mars, présente des vins assez flatteurs. Nous retrouvons la tendresse et la finesse de nos vignes de Chouilly (Côte des Blancs), la minéralité, l’arôme « craie mouillée » de Cramant (Côte des Blancs).
Les meuniers de Monthelon (Côteaux Sud d’Epernay) sont plus ouverts, plus expressifs avec une certaine rondeur.
La structure des Pinots Noirs de la Vallée de la Marne seront plus intéressants dans notre base d’assemblage.

Je serais tenté de vous présenter un millésime 2016, 100 % Chardonnay de Cramant dans quelques années… à poursuivre.