CRAMANT, le 20 avril 2015

Photo descriptif de l'article de blog 31
Les conditions climatiques de l’année 2014 ont été pour le moins complexes : un hiver doux et pluvieux qui a entraîné un débourrement précoce de la vigne (ce qui est préjudiciable au chardonnay en cas de gelées tardives), suivi par un printemps sec (heureusement pour le chardonnay !) qui a eu l’avantage de protéger le végétal des maladies. Mais un été exécrable, avec des matinées très fraîches et beaucoup de pluie, a fait craindre le pire. Retard de maturation, risque de maladies… Fin août, tout le monde se demandait ce que nous allions récolter.
Et puis septembre est arrivé, sec, ensoleillé, propice à une bonne maturation du raisin, idéal…

Ce yoyo météorologique a mis les nerfs des vignerons à rude épreuve - dans un contexte économique général un rien stressant, il faut bien le reconnaître, qui finit par atteindre le moral de certains.
Pourtant, sans remonter au déluge, on a déjà connu ce genre de situation en 2008, par exemple. En 2014, comme en 2008, la nature a finalement bien fait les choses. Raison de plus pour lui faire confiance, en appeler à notre expérience et… rester calme.

Sur le domaine, nous avons eu la chance de rentrer une belle récolte, surtout sur la Côte des Blancs, avec un rendement élevé qui nous a permis de trier « aux pieds des ceps ».

2014 aura été une année très « pédagogique » où les cépages peuvent être facilement identifiés par leurs caractéristiques naturelles, donnant des vins clairs très « tranchés ».

Nous avons eu raison d’attendre un peu pour vendanger les chardonnays. Comme nous avons des parcelles représentatives de toutes les expositions du terroir de Cramant (comme « Les Porgeons » plutôt au nord, et « Les Busons », côté plaine, pour ne citer que ces deux-là…) cela fournira davantage d’expression et de complexité à nos vins. Longs en bouche, riches en sucre, ces chardonnays, tout en minéralité, en finesse et en élégance, sont typiques de Cramant et de son caractère « pierre à fusil ». Ils seront parfaits pour faire un millésime.

Les pinots noirs ont cette structure qui est leur « marque de fabrique », et des arômes de fruits noirs.

Les pinots meuniers sont aériens, fruités, avec une bonne vinosité. C’est idéal pour les assemblages.