CRAMANT, le 27 Mai 2019

Photo descriptif de l'article de blog 62
La végétation champenoise a supporté, depuis le début du mois de mai, un printemps avec des températures fraîches le matin qui avaient des difficultés à grimper dans la journée.
C’est pourquoi, les vignes ont ralenti leur développement et nous constatons un retard de 5 à 6 jours sur une moyenne de 10 ans.

Il subsiste également de grandes disparités entre parcelles et au sein même d’une parcelle.
Les raisons sont diverses :
- l’identité du terroir (sol, exposition, etc…),
- le cépage (le Chardonnay est plus hâtif que les autres cépages),
- la date de la taille de la vigne,
- les accidents climatiques subis par la vigne…
A ce propos, les périodes de gel du mois d’avril ont laissé quelques traces avec des dégâts retenus sur des parcelles de la Côte des Blancs et des Coteaux Sud d’Épernay (situées en bas de coteau et donc plus sensibles aux températures basses).
Après le dessèchement des bourgeons gelés, des bourgeons secondaires moins fructifères se sont développés mais ont pris évidemment du retard sur la croissance de la vigne.

A ce jour, il y a un retour des températures plus douces qui sont bénéfiques au développement végétatif, la vigne est au stade 5 à 6 feuilles étalées et les inflorescences sont bien visibles.

Gilles Lancelot


Photo descriptif de l'article de blog 62
Meunier
Photo descriptif de l'article de blog 62
Pinot Noir
Photo descriptif de l'article de blog 62
Chardonnay